le nouveau et l'ancien

L’urbanisme au service de la médecine de pointe

À première vue, hôpitaux modernes et urbanisme semblent en contradiction. Comment un grand hôpital universitaire peut s’adapter aux besoins médicaux futurs tout en se forgeant une identité spatiale – tel était le thème d’une manifestation qui s’est tenue le 26 août 2015 au Musée d’Histoire de Berne. Sur invitation de NIKE (Centre national d’information sur le patrimoine culturel), de l’ArchitekturForum Bern et de la SIA, deux personnalités ont exposé leur point de vue sur le Masterplan de l’Inselspital, un site chargé d’histoire: Norbert Schachtner, du bureau d’architecture Henn de Munich, et Jean-Daniel Gross, conservateur des monuments historiques de la ville de Berne.

Identité à travers l’urbanisme: entretien entre l’architecte Norbert Schachtner (à gauche), le conservateur Jean-Daniel Gross (à droite) et la modératrice Claudia Schwalfenberg. (Photo: Dominique Uldry, Berne).
Pensé jusqu’en 2060: le Masterplan en maquette de l’Hôpital de l’Ile à Berne, au passé riche en histoire. (Copyright Henn Architekten)

De la friche industrielle à l’espace urbain

Nombre de projets actuels ont pour ambition de créer de la ville en ville – à l’exemple des développements apportés aux anciens sites industriels de Toni-Areal à Zurich et de la brasserie du Gurten à Berne. Le succès de la transformation de ces friches a été illustré lors d’une manifestation commune de la SIA, du Centre national d’information sur le patrimoine culturel NIKE et du Forum d’architecture de Berne, qui s’est tenue le 9 septembre 2014 au Kornhausforum de la capitale.

Donat Senn, codirecteur de GWJ Architektur (à gauche), et Marco Castellano, à la tête du département Aménagement/construction de la Haute école d’art de Zurich (à droite), s’entretiennent avec Claudia Schwalfenberg, responsable SIA pour la culture bâtie. (Photo: Manu Friedrich)

Pas de valeur, pas de monument

La rénovation des monuments des années 1950 et 1960 place toutes les parties prenantes face à des défis de taille. La manifestation qui se déroulait en amont des Journées européennes du patrimoine, le 4 septembre, à Berne, a permis de résumer un enjeu: il est essentiel de déterminer la valeur du patrimoine. Franz Graf et Giulia Marino (EPFL) ont présenté leur étude sur l’assainissement de la cité genevoise du Lignon et Stanislas Rück (canton de Fribourg) a exposé ses réflexions sur la rénovation de l’hôtel de ville de Romont. Ils ont ainsi répondu à l’invitation de la SIA, du Centre national d'information pour la conservation des biens culturels Nike et du forum d’architecture de Berne.

Stanislas Rück
Franz Graf

Protection des monuments contre culture du bâti contemporaine

« Protection des monuments contre culture du bâti contemporaine ? », tel fut le sujet d’un événement organisé par la SIA le 19 septembre 2012 en marge de la session parlementaire. A l’hôtel Bellevue Palace à Berne, Roger Diener a présenté six thèses sur la culture du bâti (cf. téléchargement à droite) aux parlementaires et aux experts invités.

Protection des monuments composite

Pendant longtemps, les architectes ont étudié les monuments en cherchant une césure nette. Aujourd’hui, c’est bien plus l’unité qui est mise en évidence. En prévision des Journées européennes du patrimoine, Marco Graber et Roger Diener ont présenté, le 4 septembre 2012 à Berne, deux projets qui sondent la relation entre l’ancien et le nouveau en prenant l’exemple de la pierre et du béton. Cet événement – mis sur pied par le Forum d’architecture de Berne, le Centre national d'information pour la conservation des biens culturels (NIKE) et la SIA Suisse – a vu la participation de plus de 100 personnes.

Rapport de l’événement

 

Roger Diener, Claudia Schwalfenberg (modération) et Marco Graber pendant la discussion concernant la relation de l'ancien et du nouveau au Kornhausforum Berne (photo: Philipp Zinniker)