06.12.2013 | tec21 | Susanne Kytzia

Se concentrer sur l’essentiel

La Suisse doit relever d’importants défis, qui commandent un discours ouvert et constructif sur son devenir. La Société suisse des ingénieurs et des architectes (SIA) est convaincue que les travaux de ses membres jouent un rôle crucial dans ces développements. Avec cette troisième édition de «Umsicht – Regards – Sguardi 2013», elle distingue à nouveau quelques réalisations inédites témoignant d’une approche durablement porteuse d’avenir pour notre cadre de vie. Elle perpétue ainsi un processus d’apprentissage qui transcende les disciplines et invite le public intéressé à se joindre au débat.

La distinction «Regards» lancée par la SIA alimente la réflexion sur les perspectives qui devraient façonner l’avenir de la Suisse. Croissance continue, vieillissement de la population, futur approvisionnement énergétique figurent parmi les problématiques qui questionnent le modèle actuel. Dans nombre de domaines, la société cherche des solutions. «Regards» apporte des exemples concrets. Quels sont les atouts particuliers d’un domaine agricole en montagne? En quoi réside la spécificité d’un centre de formation professionnelle? Qu’est ce qui confère un attrait unique à la requalification d’un itinéraire pédestre? L’appréciation des dossiers soumis au concours passe par une réévaluation approfondie de chaque projet. Le palmarès des éditions 2007 et 2011 a surpris beaucoup de professionnels et suscité nombre de discussions. Il n’en ira pas autrement en 2013. 

Concrétiser l'avenir
Le devenir de la Suisse appelle de larges consultations où les propositions des ingénieurs et des architectes relèvent d’expériences concrètes. «Regards» distingue uniquement des projets dont les éléments essentiels sont déjà réalisés. Ces ouvrages peuvent ainsi être examinés, visités et suivis ans leur évolution. Comment fonctionne par exemple une école aux parois transparentes? Une passerelle à proximité d’une route fréquentée peut-t-elle offrir le recueillement qui sied à une voie de pèlerinage? La revalorisation de quartiers de ville entraîne-t-elle la relégation de groupes sociaux peu favorisés? «Regards» met en lumière des projets choisis en décortiquant la démarche qui les sous-tend. Cette confrontation est ambitieuse et passionnante. Plutôt que de s’en remettre à des concepts abstraits, l’observateur est incité à apprécier les solutions apportées à des besoins concrets, qui relèvent parfois du quotidien. L’inspiration et l’émotion complètent ainsi la vision.

Encourager l'innovation
Comme le souligne le critère de la performance novatrice dans «Regards 2013», la volonté de concevoir pour la durée est commune à tous les projets. L’innovation repose sur une démarche de projet attentive, débouchant sur une proposition créative, ouverte, englobante et transdisciplinaire. Le résultat doit répondre à des questions d’intérêt général et élargir l’éventail des solutions déjà connues. Parmi les lauréats 2013, on trouve ainsi une nouvelle approche pour la rénovation d’immeubles en multipropriété. Même si l’objet distingué à Genève représente un cas unique, la méthode développée peut s’appliquer à de nombreux autres ensembles bâtis en Suisse. Au vu des besoins croissants pour l’assainissement de propriétés par étages, l’exemple présente un intérêt général incontestable. Outre leur caractère inédit, les projets doivent prouver leur durabilité sociale, environnementale, économique et culturelle. Les réalisations mal notées sur ces points ne peuvent prétendre à la distinction, mais la qualité novatrice du travail demeure décisive.

Interpeller le public
Avec «Regards», la SIA s’offre une plate forme d’audience internationale – une vitrine – pour promouvoir les travaux pion niers des ingénieurs et des architectes suisses. Un jury interdisciplinaire recherche les propositions qui peuvent réellement être qualifiées de pionnières. Et comme le vote de chaque discipline – de la sociologie à l’architecture, en passant par le génie civil – a le même poids, le résultat s’avère souvent surprenant. Mais à l’issue des trois journées entières consacrées au jugement, l’ensemble du jury doit s’être convaincu des qualités intrinsèques de chaque projet. En juin 2013, une sélection restreinte de quatorze dossiers a ainsi été opérée parmi plus de 70 travaux d’envergure variable recouvrant une grande variété de thèmes. Après que deux à trois jurés eurent visité chacun des ouvrages sélectionnés, cinq ont finalement été retenus pour la distinction lors de l’ultime journée de délibérations, et un sixième s’est vu attribuer une mention. Le palmarès a été volontairement limité, afin de mieux souligner les mérites de chaque lauréat. Le jury a été particulièrement impression né par des propositions qui créent les conditions d’un bon climat de travail et d’échanges entre les usagers, comme l’immeuble plurigénérationnel de Winterthour ou le bâtiment artisanal situé à Oerlikon. La démarche n’a que peu à voir avec un concours d’architecture traditionnel. Il s’agit bien davantage d’une réflexion fondamen tale sur les qualités que nous projetons dans notre cadre de vie et de travail futur.

Regards 07–11–13
«Umsicht – Regards – Sguardi 2013» montre que la distinction s’est profilée. Il n’est plus nécessaire d’expliquer, comme en 2006 et 2011, que la SIA n’entend pas décerner un prix uniquement voué à la du rabilité de la construction. D’autres institutions se chargent aujourd’hui de cette tâche en attribuant diverses récompenses et labels. «Regards 2013» peut dès lors se concentrer sur l’essentiel, à savoir quelle Suisse nous voulons pour demain. Le palmarès 2013 reflète un pays aimable où il fait bon vivre. Trop idyllique? Les visiteurs de l’exposition itinérante à venir en jugeront. Les projets y sont présentés dans la perspective qui anime «Regards»: ouverture, clarté, émulation. La démonstration s’adresse à tous les publics intéressés – mais surtout aux professionnels de la planification et aux étudiants en architecture et sciences de l’ingénieur. L’exposition fera halte dans les régions où se situent les différents projets primés et invitera leurs responsables à se joindre au débat. Dans une phase de postévaluation, la SIA suit le développement des réalisations qu’elle a distinguées. Les expériences acquises sont discutées avec les responsables, et leur synthèse continue à faire évoluer la distinction.